ATC est en Hiatus indéterminé - Merci.
Le Deal du moment : -39%
SEB Beertender machine à bière + 1 ...
Voir le deal
110.49 €

 :: 

The seven kingdoms

 :: Îles de Fer Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Le goût salé de ses lèvres ( Pv Callan FB )
Lyle Salfalaise
ILES
Localisation : IDF
Lyle Salfalaise
tumblr_inline_p8hf4bSOXt1rcrg0y_250.gifvJ'étais là, debout sur le pont oscillant mon regard sur l'ensemble du vaisseau. Vide, aussi désertique que les vastes étendues de l'océan à travers la bruine. Aucune âme qui vive ici bas alors que le temps semblait clément et que la brise soufflait dans les voiles tombantes du mat. Un sentiment particulièrement étrange m'habitait à cet instant. Je ne me rappelais pas ou et comment j'étais parvenu à me tenir là sur cette étendue d'eau qui par delà les cordages et les voiles n’apercevait de terre, d'oiseaux, de vie par delà l'océan. Le mystère plane et pourtant le bateau semble immobile, stagnant dans une forme d’oisiveté malsaine qui ne me ressemble guère mais, encore une fois je me retrouvais seul sur ce vaisseau, le mien à l'abandon. De nombreuses questions heurtèrent mes pensées si apaisantes et calmes soient-elles si tentées qu'elles aient une seule fois existées. Lentement mes yeux se posèrent sur les embruns d'acier s'éclatant contre la coque du navire. Peu à peu mes pas raisonnèrent dans l’embarcation. J'entrevoyais difficilement les rayons du soleil une fois arrivée au bout du sneekar. J'observe l'océan, ses flots sont vides, pas de corps, pas de sang, aucune trace du passage d'un être humain et pourtant j'étais là observant de part et d'autres des tonneaux et des vivres inlassablement.

Un léger frisson parcourra l'ossature de ma nuque descendant le long de ma colonne vertébrale jusqu'au bas de mes reins. La froide sensation d'un œil me dévisageant sans dire mot. Par expérience je jetais un regard discret derrière moi. Ce que je voyais ne semblait en rien humain, quelques ressemblances pourtant portait à croire le contraire car cette forme squelettique et immobile regardait dans ma direction. Je n'arrivais pas à percevoir son visage, ses yeux, sa bouche sous cet amas de frusques décharnés et vieillis. La pigmentation de sa peau était noire, ses bras ballants le long de ce qui semblait être un corps amaigris camouflé d'une épaisse toile de jute et d'algues pourries. Aucun son ne sortait d'entre mes lèvres, ma gorge peinait à déglutir ne serait ce qu'un simple mot. Horrifiante créature qui subitement se laissait approcher par mes jambes qui ne ployaient pas sous l'inquiétude d'une telle apparition sur ce snekkar fantôme qui était le mien. J'avançais lentement le craquement des planches et l'armature du bois sous le poids de ma personne rendait cette situation plus inquiétante au fur et à mesure que je me rapprochais d'elle. À mi-parcours la forme sépulcrale aux allures cadavériques se rapprocha de moi. Un instant j'ai cru me tromper et devoir rebrousser chemin, sortir de cette vision terrifiante et angoissante qui me paraissait être le fruit pourri issu de mon imagination. Ma curiosité, ma soif d'exploration, mon questionnement sur sa présence ici même m'interpella à plusieurs reprises si bien qu'un pas en entraîna un autre laissant mon corps s'enfoncer à son tour au devant de cette hideuse et mystérieuse créature. La pénombre planant dans ce lieu humide et puant ne semblait pas si dérangeant à mes yeux. À cette vision mes sourcils se froncèrent alors que cette forme spectrale semblait belle et bien réelle. Se postant à quelques mètres de moi j'entrevoyais sa mâchoire aux dents noircies comme la gueule d'une créature sous-marine. Pourtant ses mains à la peau morte et desséchée laissait apparaître des phalanges squelettique et à forme humaine. La silhouette se releva me stoppant dans mon allure et je me figeais cherchant ma lame mais en vain. L'odeur putride se dégageant de cette monstruosité aux allures familières d'un serpent me donnait envie de vomir. Je ne comptais plus les relents infectes qui me tenaillaient la gorge. J'avais l'impression d'étouffer, de me noyer mais j'étais belle et bien debout face à ce qui ressemblait de plus en plus belle et bien à la mort.

Soudain une voix m'interpella m'extirpant de ce qui m'était apparut comme un rêve. Il avait plus des allures de cauchemars à mon sens mais tout semblait si réel. L'un de mes hommes me fixait aussi droit dans ses bottes, je pouvais comprendre qu'il attendait une réponse de ma part. Laquelle ? Ça je ne le savais pas. Machinalement je décollais mon corps de l'immense ossature de bois qu'offrait mon vaisseau reprenant mes esprits.

 « Qu'est-ce qu'il y a ? » Décrochais-je d'entre mes lèvres fixant de mon regard perçant l'individu. 

« Combien de temps restons nous au port ? » M'interpella t-il comme soucieux de pouvoir tremper sa pine aussi rapidement qu'il n'aurait pas le temps de dire ouf et nous serions déjà parti. J'arborais une légère moue, mon faciès restait aussi fermé et impassible que je ne répondais pas à l'instantané.

« Je ne sais pas. » Déclarais-je avant de partir sans même qu'il est quoi que se soit à me reprocher ou à suggérer.

Ce port aussi vétuste et vide qu'il devait être d'habitude était pour le moins bondé en cette journée. Ce village portuaire était sous la domination d'un seigneur qui n'avait pas démérité par son nom au fil des siècles. La maison Harloi possédait Dix-Tours une forteresse imposante et des combattants aguerris. Nous n'étions pas ici pour causer d'ennuis, je venais simplement rendre mes respects et une petite visite. Je repartirais une fois le navire remplit d'eau potable et que les vivres garniraient celui-ci. C'était là la mission de mes hommes, pour ma part j'avais bien d'autres affaires qui germaient au fond de mon crâne. Nul doute que Lord Harloi me recevrait avec une certaine forme d'animosité qui troublerait le semblant de tranquillité qu'il se jurait de préserver.

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

tumblr_n4laqk0SIU1rnmfk9o8_250.gif tumblr_n2ftyo48kz1sn22kzo4_250.gif tumblr_n4loguH01K1qj3iago2_250.gif

« The world is changing and we must change with it. »
Mer 26 Aoû 2020 - 23:53
Revenir en haut Aller en bas
Callan Harloi
ILES
Localisation : Dix-Tours, fief de la maison Harloi
Callan Harloi
Le goût salé de ses lèvres [FB]
ft. Lyle Salfalaise
La première fois que Callan était venue ici, aux Dix-Tours, il y a de ça plusieurs années maintenant, alors qu’elle était jeune, elle avait été impressionnée par l’imposante forteresse… Dix tours surplombaient l’île en offrant ainsi une dissuasion aux alentours, à ceux qui souhaiteraient venir défier le Seigneur de cette maison. Aujourd’hui encore, les Dix-Tours continuaient d’intriguer Callan, mais pour d’autres raisons… En effet, l’imposante forteresse se devait d’être protégée et, bien que trop grande, elle avait déjà repéré plusieurs failles dans la défense de cette dernière qu’elle s’était empressée d’expliquer à son époux. Libre à lui de tenir compte de ses remarques ou non, d’ailleurs… Mais, jusqu’ici, il avait toujours tenu compte de ce que disait Callan dans ce genre de discussion… Il la savait intelligente et réfléchie.

Installée au dernier étage d’une des tours, celle du seigneur de la maison Harloi, elle avait une vue imprenable sur les alentours de l’île. L’une des vues qu’elle pouvait avoir, c’était le port. Aujourd’hui, ce dernier était très animé. De nombreux navires environnant venaient commercer avec les Harloi, mais également avec les maisons voisines et d’autres venaient tout simplement se ravitailler avant de reprendre la mer. Mais c’est surtout un étendard flottant au gré du vent qui vint attirer son attention. Le serpent à neuf têtes sur un champ d’argent était l’étendard de la maison Salfalaise. Même si elle était loin, elle pouvait distinguer vaguement cette bannière car il n’y avait aucune ressemblance au sein des Îles de Fer avec une autre maison. Callan entretenait de bonnes relations avec la maison Salfalaise, tout comme son mari. On ne pouvait pas forcément parler d’une alliance forte, mais on ne pouvait pas non plus parler de conflit. Disons que Lyle préférait bien plus Callan à Euron pour différentes raisons.

La jeune femme tourna donc les talons pour s’habiller correctement et descendre au pied de la tour, à l’entrée de cette dernière. Non loin de là se trouvait un terrain d’entraînement où elle pouvait voir Dagon et Asha s’échanger des passes d’arme, comme bien souvent, sous l’œil observateur du petit dernier. Cette vision fit sourire Callan. Ses enfants, c’était la chose qu’elle chérissait le plus dans ce monde. Elle avait souvent été dur avec eux et ils avaient pu la détester pour cela. Mais, en grandissant, en mûrissant, ils savaient pourquoi elle avait été comme cela et comprenaient qu’elle avait toujours été aimante.

Quoi qu’il en soit, elle apercevait Lyle approcher et elle fit signe à ses enfants de venir le saluer, en signe de respect. « Lord Lyle, bienvenue. Navrée que mon époux ne puisse vous honorer de sa présence, mais il est en affaires avec la maison Volmark. Il est parti ce matin même. » Précisa Callan afin d’expliquer pourquoi Euron n’était pas là. « Je vais faire dépêcher du ravitaillement pour votre navire et des hommes pour sa maintenance. » Le langage était formel parce que la situation l’exigeait et qu’il y avait un peu de monde tout autour.



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •



Jeu 27 Aoû 2020 - 13:55
Revenir en haut Aller en bas
Lyle Salfalaise
ILES
Localisation : IDF
Lyle Salfalaise
tumblr_inline_p8hf4bSOXt1rcrg0y_250.gifvLe monde entier devaient avoir une bien piètre opinion de nous autres insulaires, pillards des mers et des côtes frontalières à nos îles aussi froides et sombres que cruelles. Un trou à rat dont l'archipel grouillaient de ces immondes et hideuses créatures que l'on craignait à la simple appellation de leur nom. Mon regard semblait ne pouvoir entrevoir la complexité de cette Île. Il n'y voyait que des monceaux de cadavres brisés projetés au travers des boutres. Les flammes envahissaient les embarcadères, les corps inertes flottaient à travers l'eau bouillonnante de la mer. Cette vision il l'avait réellement vécu. Il en était sûr, il n'était pas fou. Les expéditions se faisaient plus périlleuses, plus coûteuses, les hommes eux ne manquaient jamais. Nous pouvions être des centaines, des milliers mais rien ne pouvait nous arrêter. Ce nous n'avait que vocation de faire croire qu'il était une cohésion commune, un choix unanime alors qu'au fond il n'en résultait que de ma propre décision. Je n'avais guère peur de m'attirer les foudres de mes propres frères. Ceux qui avaient tentés de me faire comprendre une autre vision que la mienne étaient morts depuis belle lurette. J'entrevoyais leurs silhouettes, ils avaient beau être vivant il n'en restaient pas moins des cadavres puants. Un jour peut être je serais forcé d'admettre que le plus effroyable et le plus belliqueux d'entre eux portait le simple nom de Salfalaise. La populace s'avance, troque, grogne, s'écharpe pour quelques pièces. Nous sommes des monstres pour nos semblables. Nous ne valons rien aux yeux des continentaux, rien de plus que de la vermine bonne à être utilisé habilement comme prétexte à de nombreux conflits. La haine est le meilleur moteur d'un régime pour nourrir le ventre criant famine de ses sujets. Il n'a qu'à désigner un ennemi commun et tous oublient à quel point leur souverain n'est rien de plus qu'un vulgaire charognard. Otho Grejoy  lui l'avait bien compris et c'était dans un but similaire que je viendrais un jour à acquérir les hommes nécessaires qui me permettraient d'obtenir ce que je désir.

Les petites ruelles bondées des natifs locaux s'amoncelaient autour de mes bateaux. En cela j'avais fort à parier que se ne serait qu'une question de temps avant que Lord Harloi ne sache que je sois arrivé. Je ne quittais pas la foule et l'océan des yeux pour autant, Un individu aussi miséreux vint mendier sa pitance à mon encontre clamant mes prouesses et ma générosité.  Encore un soupirant voulant se montrer loyal à travers quelques manières de cul-terreux. Il osait parler le bougre pensais-je l'écartant d'un revers de mon avant-bras je poursuivais mon chemin jusqu’à ce croisement ou une silhouette s'aventura un peu trop près de moi. En vérité elle c'était sacrément frotter contre une paroi de cuire et de mailles d'acier manquant un cri de stupeur et d'un mioche qu'elle agrippait plus encore contre son corps. Son visage ne m'était pas inconnu, familier je dirais mais, dans un souvenir tumultueux et appartenant à un passé plus poussiéreux. Elle était plus frêle d’apparence, cheveux longs et d'une couleur bien plus éclatante qu'habituellement. Une gueuse ? Assurément pensais-je, encore une qui cherche à se faire flanquer une bonne raclée. Je n'étais pas d'humeur, l'air imprégnant mes narines aspirait à reprendre la mer et sentir le vent frais remuer l’odeur d'iode et d'embruns. Je jetais finalement un coup d'œil toisant la jeune femme de haut en bas sans conviction apparente. Sa réaction m'interpella soudainement, comme si son regard fuyant cherchait à s'extirper de ce faciès fermement marqué par une insipide aigreur. La jeune femme finie par partir et elle laisse derrière elle dans la fange un morceau de tissu qui à première vue était bien mal fichu. Mes doigts agrippent et mes yeux scrutent une tunique à la broderie particulièrement plus riche et soignée que ce que portent de coutume les petites gens. J'interpelle celle-ci mais en vain elle est déjà entrain de prendre une toute autre direction que celle dont j'avais dans l'idéal pourvu de prendre pour rejoindre Lord Harloi et son fief. Mon corps reprend le chemin remontant les dunes et la pente abrupte vers Dix-Tours.

La distance me rapprochait inexorablement d'elle. Je pouvais ressasser dans mon esprit les souvenirs dans d’innombrables chemins et fragments. Dans mes songes chacun de ceux que j'empruntais me menaient à celle qui en bien des points m'était similaires. Je passais les murs dans une cour d’entraînement mélange de poussière terreux et de sable alors que celle-ci apparaissait entourée de ses enfants.

« Lady Harloi cela faisait... Longtemps. » Je laissais mes yeux se plisser dans un sourire enjoué observant ensuite chacun de ses enfants je passais d'abord devant le premier l'aîné de la maison.

« Dagon c'est bien ça ? »

Questionnais-je en l'observant de haut en bas.

« Tu es devenu un homme un vrai. »

Un compliment qui me servait avant tout de jouer sur la corde de l'entente cordiale. Ce jeune homme était le futur de sa maison à la mort de son père mieux valait l'avoir sous le coude et réussir à contenir ses ambitions si petites soient-elles. Je tapais vigoureusement son épaule dans un geste amical attachant à ce que nous restions tout les deux en bon terme. Après tout il était d'abord loyal à son seigneur et père. Je scrutais ensuite une jeune jouvencelle, l'une de ces jeunes femmes apprêtées pour être bonne à mariée. Sa jeunesse était un brin rafraîchissant et j'y distinguais la beauté de sa mère.

« Il faut croire que la beauté est héréditaire  lady Asha. Vous êtes aussi ravissante que votre mère. J'espère qu'elle est aussi belle que douée avec une lame. »

Les courbettes je n'en usais pas. Mieux valait les garder pour lady Harloi. Je m'inclinais une main sur le torse de cuir et de maille respectueusement jouant mon rôle pittoresque de seigneur un peu à part et aux manières particulières. Je me postais devant le plus jeune par sa taille et me courbais mains appuyés sur mes cuisses scrutant de mon regard céruléens ceux qui me dévisageaient.

« Toi tu es... Hmmm Rodrick ! »

J'ébouriffais les cheveux du demi-sel affectueusement. Multiplier les gestes et l'intérêt que je portais à mes hôtes me servirait tôt ou tard.

« Quand je t'ai vu la dernière fois tu n'étais pas plus grand que ça ! »

Je mimais avec mes mains la taille d'un chiard pas plus haut que trois pommes. L'avorton avait des traits similaires à ceux de sa mère mais un jour bientôt viendrait le temps de la hache et du bouclier pour celui-ci. La question était sans de savoir si d'ici là je serais encore vivant pour le voir accomplir quelques exploits au service tout comme son père et moi au Noyé. Je me redressais inspirant l'air d'entre mes narines faisant feinte d'une légère déception de ne pas pouvoir me présenter directement auprès de Lord Harloi. La vérité elle était toute autre cela me réjouissait de ne pas avoir à subir ce lourdaud engraissé par la ripaille et un trop plein d'alcool enfoui entre les nichons de ses femmes sels.

« Je l'est loupé de peu mais, tant pis se sera pour une prochaine fois. » Oui car il y aurait d'autres occasions de croiser ce sale chien.

« J'apprécie votre geste, c'est toujours un plaisir d'accoster vos terres et d'être aussi bien accueilli. »

Je laissais mon corps se pencher respectueusement mes yeux ne quittant pas leurs faux jumeaux.
 

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

tumblr_n4laqk0SIU1rnmfk9o8_250.gif tumblr_n2ftyo48kz1sn22kzo4_250.gif tumblr_n4loguH01K1qj3iago2_250.gif

« The world is changing and we must change with it. »
Jeu 27 Aoû 2020 - 19:34
Revenir en haut Aller en bas
Callan Harloi
ILES
Localisation : Dix-Tours, fief de la maison Harloi
Callan Harloi
Le goût salé de ses lèvres [FB]
ft. Lyle Salfalaise
Il arrivait, fier comme à chaque fois et, depuis leur dernière rencontre, Lyle n’avait guère changé. Il était toujours un homme sûr de lui, et ses yeux étaient toujours d’un bleu aussi perturbant. Callan souriait en le regardant approcher et elle le laissa, passer un à un autour de ses enfants pour les saluer. D’abord Dagon. Ce dernier avait hérité de la blondeur de sa mère et il était devenue un solide gaillard. Elle était certaine qu’il ferait un très bon seigneur et un excellent meneur d’hommes. Chaque jour, il gagnait en maturité. Ensuite, il y avait Asha dont il n’hésitait pas à combler d’éloges sur sa beauté, la comparant à sa mère bien qu’il espérait qu’elle soit tout aussi douée à la lame. « Aussi douée que sa mère, et elle pourrait même devenir meilleure. » Répondit Callan en ébouriffant quelque peu la chevelure de sa fille. Elle avait entraîné durement sa fille afin que, jamais, elle ne soit l’esclave des hommes, qu’elle sache répondre à la violence dont ils pouvaient faire preuve et qu’ils ne remettent à aucun instant son statut en cause. Et puis, le petit dernier… Qui avait bien grandi depuis la dernière visite de Lyle sur ces terres. Il était également promis à un bel avenir s’il suivait le chemin de Dagon, Callan en était certaine.

Une fois le tour terminé, Lyle s’était adressé de nouveau à Callan, appréciant l’accueil de cette dernière. Elle sourit quelques instants avant de s’adresser à ses enfants. « Bien, retournez à votre entraînement. C’était un peu trop mou à mon goût. » Dit-elle, une petite pique bien placée dans leur égo pour qu’ils redoublent d’efforts. Elle accompagna cela d’un sourire malgré tout. Les enfants saluèrent respectueusement Lyle avant de retourner sur le terrain d’entraînement. Callan fit signe à son invité de le suivre, entrant à l’intérieur de la tour. Elle l’emmenait dans une salle où quelques plats l’attendaient, ainsi que de la bière s’il le souhaitait. « J’imagine que tu as faim, alors, n’hésite pas… » Le ton avait changé, ils étaient désormais seuls. Elle n’était plus tenue aux règles de bienséances et elle connaissait trop bien Lyle pour continuer à avoir un ton aussi formel, surtout en l’absence de son mari.

Elle se saisit d’une chope qu’elle remplit de bière pour en boire une gorgée avant de s’installer, croisant les jambes. « Qu’es-tu venu faire jusqu’ici ? Je ne m’attendais pas à te voir. » Il est vrai que la venue de Lyle était une surprise pour Callan qui ne s’attendait pas à le voir débarquer sur l’île mais elle était curieuse. Depuis la rébellion et le retour des Greyjoy aux pouvoirs, Callan n’avait eu que peu d’occasions de voir Lyle et de discuter de tout ce qui s’était passé sur les Îles de Fer ces derniers temps.

La salle était spacieuse, elle pouvait accueillir des banquets de plusieurs dizaines de personnes. Sur la table principale, les serviteurs avaient déposés quelques plats sur ordre de Callan afin de pouvoir ravitailler son hôte et combler la faim qu’un long séjour en mer pouvait provoquer… Callan savait très bien ce que cela pouvait être.




• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •



Lun 31 Aoû 2020 - 13:22
Revenir en haut Aller en bas
Lyle Salfalaise
ILES
Localisation : IDF
Lyle Salfalaise
tumblr_inline_p8hf4bSOXt1rcrg0y_250.gifvL'introduction auprès des enfants de la dame de Dix-Tours était faite il n'y avait plus qu'à suivre l'hôtesse sur son domaine. Je pouvais aisément désirer cette femme d'un regard plissé sur ses formes généreuses et attrayantes. Une sorte de torture aussi étrange et glauque j’arquais un sourcil en observant derrière moi avant de pénétrer dans la lugubre et sinistre demeure Harloi. Une table au devant d'une vaste salle dont l'écho de mes pas se joignaient aux siens. Je prenais place au devant de cette table  lorgnant sur la nourriture qu'elle avait respectueusement proposée et disposée.

« Tu es une hôte magnifique, te l'as ton déjà dis Callan ? »  

J’esquissais un sourire en commençant à remplir une écuelle de poisson séché et d'un morceau de pain rarement frais mais qui nourrissait son homme. J'apposais mes pieds sur le rebord me mettant à l'aise sur un siège rugueux mais, mon corps  s’accommodait de peu, c'est ainsi la vie d'un fer-né. À sa question je laissais une moue se figer sur mon visage tout en terminant de déglutir la chair de poisson déchiqueter par mes dents.

« J'avais envie de te voir, n'est ce pas une raison suffisante ? »

Lançais-je en léchant le bout de mes doigts en continuant de manger. Je prenais acte de la choppe mise à ma disposition et je buvais une bonne lampée essuyant du revers de ma main ma rugueuse et imposante barbe. Mes yeux à la pigmentation céruléenne se fixèrent sur son visage, je n'y distinguais pas de l'inquiétude seulement des questions et une pointe de curiosité. Alors après un long silence ou l'appétit avait prit machinalement le devant de la scène je répliquais.

« J'ai une proposition à faire à ton mari mais, il n'est pas là donc... »

Mes épaules se raffermir sous l'armature de cuir je faisais craquer l'ossature de ma colonne vertébrale.

« J'envisage de reprendre ce qui nous revient de droit. Je veux envahir la baie des glaces et reprendre l'île aux ours aux nordiens. »
 

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

tumblr_n4laqk0SIU1rnmfk9o8_250.gif tumblr_n2ftyo48kz1sn22kzo4_250.gif tumblr_n4loguH01K1qj3iago2_250.gif

« The world is changing and we must change with it. »
Dim 4 Oct 2020 - 23:05
Revenir en haut Aller en bas
Callan Harloi
ILES
Localisation : Dix-Tours, fief de la maison Harloi
Callan Harloi
Le goût salé de ses lèvres [FB]
ft. Lyle Salfalaise
Difficile de croire que cette visite ne pouvait qu’être une simple visite de courtoisie. Il était rare que cela soit le cas, à vrai dire. Bien que Lyle semblait apprécier l’hôte qu’était Callan et qu’il disait qu’il avait envie de la voir… La jeune femme n’était pas dupe. Certes, il y avait peut-être un peu de ça, mais pas uniquement… Il n’aurait pas entrepris un voyage pour une simple visite de courtoisie, il y avait certainement un petit quelque chose d’autre. Mais ça, Callan savait très bien qu’elle aurait l’information tôt ou tard.

Elle laissa Lyle se restaurer à sa guise en venant s’installer en face de lui, posant ses yeux dans les siens avant que ce dernier ne prenne enfin la parole. Il semblait vouloir voir le mari de Callan car Lyle semblait avoir un objectif en tête : L’île aux Ours. Il voulait reprendre ce qui appartenait de droit aux Fer-Nés. L’information fut lancée comme cela, sans fioriture et ça, c’était bien le genre de Lyle qui ne s’adonnait pas à enrober les choses. À quoi bon, d’ailleurs ? Callan eut un petit sourire aux lèvres en le regardant.

« Je te reconnais bien là. » Lyle n’était pas ce genre de seigneur qui pouvait se satisfaire de ce qu’il avait, bien au contraire… Il lui en fallait plus. Un véritable Fer-Né. Elle pencha doucement la tête sur le côté. « Je doute que mon mari n’accepte de te rejoindre si tu n’as pas eu l’aval des Greyjoy. » En effet, les Harloi étaient des vassaux des Greyjoy et le mari de Callan était fidèle à ces derniers… Contrairement à Callan qui l’était un peu moins, soutenant les Wynch lors de la rébellion. De ce fait, elle était presque certaine qu’il ne rejoindrait pas Lyle dans une telle chose si le Roi n’approuvait pas cela. « D’ailleurs… Ne crains-tu pas des représailles si tu pars sans l’aval du Roi ? » Oh, Callan savait très bien que Lyle ne le portait pas vraiment dans son cœur et c’était peu dire… Mais cela restait un risque… Ca semblait bien différent d’un simple raid sur les côtes Nordiennes. Elle n’était pas là pour le dissuader, bien au contraire. Elle appréciait le Lord Salfalaise et c’est pourquoi elle préférait l’avertir afin qu’il ait connaissance de toutes les variables à prendre en compte.


• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •



Mar 20 Oct 2020 - 17:15
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: